Jeremy A. Walker ▬ Raziel [Terminé ♫]
☇ GOTHAM RISES.
GOTHAM RISES FERME SES PORTES !

Mais ce n'est pas la fin ! Retrouvez nous sur GOTHAM KNIGHTS ! Même équipe admin, même excellente ambiance, mais tellement plus de possibilités !
Rejoignez nous sur : http://gotham-knights.forumactif.org/

Partagez | 
 

 Jeremy A. Walker ▬ Raziel [Terminé ♫]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Jeremy A. Walker ▬ Raziel [Terminé ♫]   Lun 10 Sep - 12:05



Jeremy A. Walker


Nom : Walker.
Prénom : Jeremy Alaric.
Age : 35 ans.
Date de naissance : 10 avril 1977.
Lieu de naissance : Oslo ▬ Norvège.
Nationalité : Norvégien.
Activité : Docteur et chercheur en zoologie, spécialisé dans la famille des oiseaux. Il est également un ingénieur de grand talent, au top niveau pour ainsi dire.
Etat civil : Célibataire.
Groupe : Justiciers.
Avatar : Jeremy Renner.
Que pensez-vous de la situation de la ville de Gotham ? Ce que je pense de Gotham ? Eh bien... Je n'y vis que depuis trois ans, et pourtant ça m'a amplement suffit pour me faire une idée du degrés de corruption et de criminalité qui gangrène lentement cette ville. Je n'ai jamais vu ça auparavant. Un défi de taille, n'est-ce pas ? ... Oui, c'est ça. Gotham est un défi pour moi. Un défi des plus excitants, je dois bien l'avouer.

Quelle est votre position concernant l'inculpation du Batman dans l'affaire Dent ? Je trouve ça injuste et totalement stupide. Le Batman meurtrier de Dent ? Je n'y crois pas une seule seconde. On ne peut pas me faire avaler n'importe quoi. Pourquoi un homme qui jusqu'à maintenant s'était toujours refusé à tuer se mettrait soudainement à ôter la vie ? Surtout à un homme censé être aussi vertueux. Non, je n'y crois pas. A d'autres, pas à moi.

Quel est votre opinion concernant le nouveau procureur et ses idées ? Honnêtement ? Je n'en ai rien à faire. Qu'il fasse donc ce qu'il veut, qu'il agisse à sa guise. Ca ne m'empêchera pas de continuer mes petites affaires de mon côté. A vrai dire, il n'y a pas grand chose qui pourrait me faire raccrocher. Et ça encore moins.
« Mon corps ? Un livre ouvert. »

On peut dire que Jeremy a plutôt été gâté par Dame Nature. Bel homme, il mesure environ un mètre quatre-vingt dix (peut-être un peu moins) pour un poids approximatif de quatre-vingt kilos. Et que du muscle, s'il vous plaît. Sa silhouette est plutôt élancée, et son corps semble taillé pour permettre des déplacements souples, vifs et agiles.
Le visage plutôt carré, aux traits nets et bien dessinés, il peut tout aussi bien dégager une impression de calme et de gentillesse que de dureté et de froideur. Tout dépend son humeur du moment, à vrai dire. Des cheveux courts généralement bien coiffés, châtain clair voire même blond foncé, tout dépend de la lumière qui les éclaire.

Pour ce qui est du niveau vestimentaire, il affectionne les fringues confortables et passe-partout. Se faire remarquer, très peu pour lui. Un jean lâche, un tee-shirt ou une chemise sous une veste noire, et voilà qui est fait.
Bon, quand il se grime en Raziel, là ça devient autre chose. Une tenue d'une autre époque pour un justicier d'une autre époque. Une paire de bottes usées mais encore solides, pantalon de cuir noir (là encore assez lâche, histoire qu'il puisse bouger correctement), chemise blanche avec un gilet tout aussi noir par dessus, et histoire de parachever le tout, il revêt une longue cape de voyage datant des années 1850, qui est dans sa famille depuis cette époque.
« Et dis-moi, à quoi ressemble un homme venu d'une autre époque ? »

Jeremy a tendance à dire qu'il est né au mauvais siècle. Sa façon de penser, d'aborder le monde, n'est pas vraiment la même que les gens de cette époque. Il a intégré des valeurs d'honneur et de respect que certains qualifient d'archaïque. Ce qui ne l'empêche pas de parfois bafouer ces valeurs qui lui tiennent pourtant tant à coeur pour agir comme un traître. Planter un poignard dans le dos d'un ennemi trop puissant pour être attaqué frontalement ? Aucun problème. Et plutôt deux fois qu'une. Ah oui, parce qu'il déteste les armes à feu. Les armes blanches, il n'y a que ça de vrai. Je vous l'avais dit qu'il vient d'une autre époque !
A ce propos, ce n'est pas parce qu'il peut se montrer traître avec ses ennemis qu'il l'est avec ses amis et ses proches. Bien au contraire, là il fera preuve d'une loyauté à toute épreuve et n'hésitera pas une seule seconde à risquer sa vie pour les protéger s'il le faut.

Cependant, rien ne surpasse sa fascination et son amour pour les oiseaux. De splendides créatures, libres comme l'air. Jeremy adorerait pouvoir prendre son envol comme l'un d'eux. Même s'il sait pertinemment que c'est impossible. Mais rien n'interdit de rêver, n'est-ce pas ? Eh oui, c'est un idéaliste. Un idéaliste qui a paradoxalement les pieds sur terre. Il ne croit pas en la bonté humaine. A ses yeux, l'Homme peut se montrer capable des meilleures choses comme des pires. Et c'est tout. Ca s'arrête là, fin du spectacle, tombée de rideaux.

Cet homme aime se battre, et aime prendre des risques. Il n'y a rien de plus grisant, si on l'écoute. Quoiqu'il se tienne à carreaux dans le civil.
L'histoire de Jeremy commence il y a trente-cinq longues années de cela, sur les lointaines et glaciales terres de Norvège. Né un dix avril, sa venue au monde fut suivie de celle d'une petite fille, une dizaine de minutes après. Eh oui, des faux jumeaux. Le paternel était très fier de ses enfants, et avait déjà pour eux de grands projets. Parce que dans la famille, prendre les armes c'était une tradition ancestrale, qui remontait au temps des premiers chasseurs de Sorcières. Aussi loin que remontent les archives des Walker, soigneusement tenues sur papier et conservées dans une salle étroitement surveillée du manoir familial, cette famille qui s'apparente en fait à un clan s'est toujours battue bec et ongles contre tout ce qui pouvait menacer l'équilibre et la Justice. C'est pourquoi, dès leur plus jeune âge, les enfants Walker sont entraînés et rompus à l'art du combat. Evidemment, leur éducation n'en pâti pas, car que serait une montagne de muscles sans un esprit avisé pour la guider ?

C'est donc dans cet environnement que grandirent Jeremy et Anja, sa soeur jumelle. Oh bien sûr ils allaient à l'école, se faisaient des amis, voyaient du monde. Mais lorsqu'ils rentraient chez eux le soir, ce n'était pas devant la télé ou bien sur leurs jouets qu'ils se précipitaient, mais sur les épées, les poignards, les arcs, les arbalètes et autres couteaux de lancer. Amusant, n'est-il pas ? En tout cas, ça plaisait aux deux enfants, qui s'amusaient comme des petits fous, tant en y mettant une rigueur et une assiduité impressionnante.
Bientôt, Anja montra une nette préférence pour l'arbalète, tandis que son frère préféra la lance. Plus pratique à utiliser, autant à cheval que pied à terre. Parce que oui, ils étaient aussi entraînés pour monter à cheval, tant qu'à faire.
Cette éducation hors normes leur valu de contracter ce qu'on appelle le Syndrome Walker, que tout membre du clan finit irrémédiablement par attraper. A savoir, se sentir en décalage par rapport au vingt et unième siècle, avoir l'impression d'être sorti tout droit du passé.

Jeremy adorait parcourir la vaste forêt qui s'étendait tout autour du manoir familial, juché sur le dos d'une grande jument intégralement blanche, Volsa, un splendide animal albinos qui n'aurait reculé devant rien pour protéger son jeune maître, pas même devant un puma furieux. Le garçon finit donc sans réelle surprise par devenir un cavalier émérite, sûrement le plus doué que la famille n'ait jamais connu.

Le temps passa, et les jumeaux grandirent encore, poursuivant leur entraînement, allant toujours plus loin, cherchant à repousser leurs limites jusqu'à ce qu'ils finissent par trouver où elles s'arrêtaient exactement.
Et puis finalement vint enfin le moment de faire leurs preuves. Un assassin avait été repéré dans les alentours de leur petit village. Ce pour quoi ils n'avaient cessé de se surpasser allait enfin leur servir. La chasse était lancée, comme on dit dans le jargon de leur famille. Avec leurs talents de traqueur, ils n'eurent aucun mal à suivre leur cible à la trace. Et quelle veine ! Celle-ci s'était réfugiée dans les bois. Leur terrain de prédilection. Ils n'auraient pas pu rêver mieux.
Cette première chasse s'acheva après deux jours de traque. C'est Anja qui acheva leur "proie", d'un carreau fiché en pleine tête. C'est donc satisfaits qu'ils rentrèrent chez eux, avec l'impression de faire enfin partie intégrante de leur clan.

Et les chasses s'enchaînèrent. Evidemment, ils ne tuaient pas toujours les criminels qu'ils pourchassaient. Suivant les préceptes des Walker, ils jugeaient à quel point la personne qu'ils traquaient était dangereuse, puis ils décidaient de son sort. La prison ou bien la mort restaient néanmoins les deux seules alternatives qu'ils proposaient.

Vint un jour où Jeremy et Anja se disputèrent. Violemment. Folle de rage contre son frère, la jeune femme quitta le manoir pour partir sur la piste d'un fugitif repéré quelques heures plus tôt. Jeremy avait refusé de partir sur les traces de ce gibier-là car il trouvait que le temps ne s'y prêtait pas. Le ciel semblait obstrué par d'épais et lourds nuages, alors que le vent forcissait de minute en minute. Un blizzard menaçait, sans aucun doute. Entamer une traque dans un contexte pareil, même pour des experts comme eux, c'était prendre bien trop de risques. Mais Anja s'en moquait, visiblement. Tout ce qu'elle avait en tête, c'était de poursuivre et d'arrêter tout ceux qui méritaient la prison, voire la mort.
Jeremy patienta durant deux heures avant de se lancer sur les traces de sa jumelle. Il devait la retrouver à tout prix, la neige avait déjà commencé à tomber. Sachant que le criminel avait pris la direction des montagnes, le jeune homme ne s'encombra pas d'une voiture. Il sella Volsa, prit sa lance, et partit au grand galop à travers la forêt.

Quelque part, il devait laisser une part de lui au fond de ces bois. Le blizzard se révéla meurtrier pour Anja. Expérimenté, le fugitif profita de la visibilité fortement réduite pour tendre une embuscade à la jeune femme. Et prise de court, Anja ne parvint pas à se défendre et se fit assassiner là, au beau milieu des pins et des branches qui claquaient furieusement avec les rafales du vent glacé qui semblait se déchaîner ce soir-là.
Quand Jeremy tomba sur le cadavre ensanglanté de sa soeur qui tâchait la neige, l'écarlate tranchant sur le blanc pur, il passa par plusieurs émotions. C'est d'abord une profonde tristesse qui s'empara de lui, et il souhaita pouvoir s'arracher le coeur pour que cesse la souffrance. Mais il arrêta bien assez tôt de se lamenter sur le corps sans vie d'Anja pour se relever, la rage au ventre. On ne touche pas impunément à un Walker. Jamais. Poussé et enhardit par l'esprit de vengeance, il remonta en selle et entreprit de terminer ce que sa soeur avait commencé. Peu lui importait le blizzard, peu lui importait les risques, et peu lui importait combien de temps cela prendrait, mais il se jura de venger sa jumelle.
Sa détermination et son obstination lui permirent d'atteindre ce but. Le lendemain, il rattrapa le meurtrier d'Anja, et un combat acharné s'ensuivit. Un combat durant lequel Volsa, la monture de Jeremy, perdit la vie à son tour. Bien que sérieusement amoché, le jeune homme l'emporta, et rentra chez lui comme il put, affaiblit et hagard.

Une fois de retour au manoir des Walker, Jeremy ne se laissa pas abattre, bien loin de là. Usant de son génie, il commença à mettre au point des automates très perfectionnés. Les animatronics, vous connaissez ? Mais si, ces sortes de robots conçus pour ressembler le plus possible à de véritables animaux, que l'on utilise surtout pour le cinéma. Eh bien lui, c'est ce qu'il faisait. Mais en bien plus perfectionné. Plus robustes, plus rapides, plus... Rélles. Ses créations, au fil des années, s'approchèrent de plus en plus de leurs modèles originaux. Si bien que même sa famille ne parvenait plus à distinguer les animaux qui étaient fait de chair et de sang de ceux qui n'étaient que rouages et pistons.
Mais sa fierté était un automate qu'il avait conçu sur le modèle de Volsa. C'était une réplique exacte de la jument, et paraissait même vivante, presque dotée de sa volonté propre. Presque, parce qu'il y a une limite aux intelligences artificielles. De plus, il mit au point une meute de quelques loups, qui l'aidaient à présent lors de ses traques.

Cinq années de plus s'écoulèrent avant que Jeremy ne décide de partir pour les Etats-Unis, et Gotham City. L'un de ses amis vivait là-bas depuis un moment maintenant, et il lui racontait avec euphorie les exploits d'un héros masqué qu'ils appelaient le Batman. Intrigué, il se renseigna sur la ville. Ce qu'il découvrit le laissa songeur. C'était l'une des villes les plus corrompues du monde, la vermine s'y développait presque facilement, la gangrénant, la rongeant lentement de l'intérieur. Il était temps que le clan Walker traverse l'océan.

Jeremy abandonna le manoir familial et sa Norvège natale, ainsi que le Vieux Continent pour rallier l'Amérique. Bien évidemment, ses précieux automates étaient du voyage, ainsi que les quelques outils qui lui seraient indispensables pour leur entretient.
Une fois à Gotham, il n'eut aucun mal à dénicher un poste de zoologiste, puisque son diplôme et ses résultats scolaires lors de ses études parlaient d'eux-même. C'est ainsi qu'il put s'offrir un appartement de taille respectable, se situant au dernier étage de la tour où il se trouve. Et ce détail, il y tenait. Pourquoi donc, me direz-vous ? Eh bien quand on joue les justiciers, c'est toujours mieux de pouvoir être chez soi au plus vite.

Jeremy construisit le personnage de Raziel peu après être arrivé en ville. Un justicier qui comme lui, venait d'un autre temps. Il conçut une lance légère mais néanmoins solide, capable de se "replier" pour simuler à la perfection une canne d'apparat.
Il modifia quelque peu Volsa, lui permettant ainsi de mettre en oeuvre des actions hors du commun. L'automate était à présent capable de bonds prodigieux, de galoper à une vitesse rivalisant avec celle d'une moto, et d'adhérer sur les surfaces verticales durant un laps de temps réduit, ce qui lui permet ainsi de gravir certaines façades, le tout en conservant un poids tout à fait raisonnable, voire même léger pour une monture d'un mètre soixante-quinze au garrot.
Les loups bénéficièrent du même traitement de faveur, à la différence que Jeremy les équipa de crocs et de griffes plus aiguisés et solides. De quoi en faire de précieux alliés en cas de combat. Mais il les sort très rarement, ça attire trop l'attention. (Parce qu'un gusse habillé comme en l'an 1800 et des bananes monté sur un cheval blanc en pleine ville, non ça ne se remarque pas, c'est vrai.) En fait, il ne les sort de leur sommeil que lorsqu'il se retrouve sérieusement en danger de mort. Ils restent une sorte d'assurance vie.

Depuis, il parcourt Gotham au grand galop une fois la nuit tombée, la tête dissimulée sous le capuchon de sa cape et le bas du visage caché à la vue de tous par le foulard écarlate que portait sa jumelle le jour où il l'a retrouvée assassinée au milieu des pins.
Raziel n'est pas un justicier qui rechigne à tuer. Raziel n'est ni bon ni mauvais. Il veut préserver l'équilibre et la Justice, comme ses ancêtres avant lui. Et pour cela il sera prêt à tout les sacrifices.
▬ Le corps de Jeremy porte de nombreuses cicatrices, mais c'est le lot de tout les Justiciers, non ?
▬ La chaleur a tendance à le mettre K.O et à le rendre somnolent. Il est bien plus actif quand il fait froid.
▬ C'est un accro au sucre. Ah si si, je vous jure ! Proposez-lui un paquet de cookies et vous serez son ami pour la vie ! ... Ok, j'exagère peut-être un peu.
▬ Il a la fâcheuse tendance à considérer ses automates comme des êtres vivants, et s'y est donc attaché. Ca peut faire bizarre...
▬ Jeremy avoue sans gêne trouver une classe indéniable à Batman. ♫

Prénom : Allez savoir. 8D
Age : 21 ans.
Disponibilité : Constante ou presque.
Comment avez-vous trouvé le forum ? Dans les top-sites.
J'accepte l'envoi par mp de défis à relever dans mes rp des SPIRIT : OUI
Des suggestions ? Euuuh... Nan. owo Je trouve ça très bien comme ça.


Dernière édition par Jeremy A. Walker le Lun 10 Sep - 18:43, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
FLASH
avatar
☇ à Gotham depuis le : 01/09/2012
☇ messages : 190
☇ réputation : 240
☇ pseudo : Anar
☇ avatar : Cam Gigandet
☇ copyright : ava : Babsy - gif : CRAZY BUNNY - sign : Tumblr
☇ photomathon :
☇ occupation : Membre de la police scientifique au GCPD
☇ adresse : 11, Crime Alley, appartement 5, Old Gotham
☇ statut civil : Célibataire

Voir le profil de l'utilisateur

MON FICHIER À LA GCPD.
☇ citation: Seems so slow...
☇ forces: sa Super-Vitesse pouvant égaler celle de la lumière, ses réflexes relativement accrus, ses grandes connaissances en physique et en chimie, son humour, sa témérité et sa tenacité
☇ faiblesses: les champs électromagnétiques pouvant le paralyser dans ses déplacements, le souvenir d'Iris, ses doutes et son sentiment de culpabilité, son arrogance face à ses adversaires


MessageSujet: Re: Jeremy A. Walker ▬ Raziel [Terminé ♫]   Lun 10 Sep - 12:07
Bienvenue parmi nous et super bon choix d'avatar Brillants

Hâte de voir ce que réserve ton personnage et bonne chance pour ta fichounette =)