Anges et Démons [Michael W. Lane]
☇ GOTHAM RISES.
GOTHAM RISES FERME SES PORTES !

Mais ce n'est pas la fin ! Retrouvez nous sur GOTHAM KNIGHTS ! Même équipe admin, même excellente ambiance, mais tellement plus de possibilités !
Rejoignez nous sur : http://gotham-knights.forumactif.org/

Partagez | 
 

 Anges et Démons [Michael W. Lane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Anges et Démons [Michael W. Lane]   Jeu 27 Sep - 20:09
Michael W. Lane & Bane
Michael W. Lane & Bane, se retrouvent en septembre 2012, alors que l'horloge affiche une heure nocturne et tardive en cette journée sombre pour une confrontation tendue. Les personnages se retrouvent dans divers endroits d'un quartier criminel et ils n'autorisent pas les trois PNJs à intervenir dans ce rp. Les images utilisées ci-dessus proviennent de tumblr et tumblr. Bonne lecture ♥


« Allo ? »

« Oui ? Qui est-ce ? »

« Bane ? c’est Daggett. J’appelle depuis le bureau de mon avocat dans le centre-ville. Vous êtes sûr que votre téléphone n’est pas sur écoute ?»

« J’en suis sûr. »

« Je peux parler alors ? »

« Oui »

« Le comité des fraudes immobilières me tombe dessus comme des mouches sur un étron ! Ce foutus membre du bureau du procureur a convaincu les tribunaux que mon entreprise est une mafia et il ne nous lâche plus d’une semelle mes gens et moi, à nous inonder de citations à comparaître, et il a des enquêteurs qui grouillent partout dans ma société comme… »

« Daggett… »

«…des puces sur un chien. D’abord ils se sont pris mon bras droit dans le collimateur et maintenant c’est moi qu’ils veulent. Je suis en train de construire un bloc d’immeubles de 4 étages, genre clapier pour ouvrier. Et ces fouineurs tentent de retrouver l’origine des 3 millions qui ont servi à les financer. Ils s’imaginent que… »

« Daggett… »

«…qu’ils peuvent se servir de moi pour faire croire au bon peuple que la justice va remettre ça comme du temps d’Harvey Dent. Ils pensent que John Alistair Daggett n’est qu’un petit fraudeur, ils croient que je vais me faire plier en deux, ils croient que… »

« Daggett… »

« …je vais m’allonger pour eux. Et comme si tout ça c’était pas assez, je suis propriétaire d’une station de taxis et j’ai tous ces excités qui travaillent pour moi. Et tout ce qu’ils font c’est de discutailler à choisir qui est le meilleur entre ce Batman et ce Joker comme… »

« Qu’est-ce que vous voulez ? »

« J’ai un travail pour vous. »

« Qui est ? »

« Tuer. »

« Je prends. »


Le lendemain

La station de taxi de Daggett : du stuc bas de gammes, les voitures garées ne payaient pas de mines. Deux chauffeurs sur le trottoir en train de s’empiffrer de donuts. La plaque d’égout juste en face d’eux s’ouvrit tout à coup et Bane en sortit en leur tournant le dos. Les deux chauffeurs l’observèrent et en avant les commentaires. Pourquoi un type faisant 115 kilos et plus d’1m90 sortait des égouts ? Bane se retourna, ils virent son masque et les commentaires passèrent en surmultiplié. Le colosse pénétra dans le bâtiment pendant que les deux chauffeurs détalaient apeurés. Bane s’attarda sur le joli mur du bureau du répartiteur. Des photos de paysages exotiques collées au mur, du sol au plafond. Tous droits sortis du national geographic. Le répartiteur, nullement inquiet par son apparence lui fit signe d’approcher. Bane observa sa tête : défigurée de cicatrices, restes d’un tailladage au couteau.

« Bienvenue, le patron m’avait prévenu que son tueur portait un masque affreux. Quand à mon visage, c’est la Mafia qui m’a fait ça, alors rincez-vous l’œil et abrégeons. »

« Est-ce que Daggett a laissé une enveloppe pour moi ? »

Il l’a lui tendit entre deux doigts, Bane arracha l’enveloppe, pressé de partir. 3 photos et 3 noms de personnes à abattre.

« A votre avis Mr le géant, qui croyez-vous qui ait le plus de répondant de nos jours ? Batman ou Joker ?

« Je dirais qu’en ce moment ça se joue à pile ou face. »

Le soir

Bane défonça la porte d’une cahute minable dans une zone industrielle et avança lourdement pendant que sa cible se réveillait en sursaut sur son matelas à même le sol.

« Que…que…qu’est-ce que… ? »

« Daggett dis que t’es un employé impétueux, il dit qu’il n’aurait pas dû t’embaucher dans cette affaire. Il dit que t’es allé raconter à un quelconque proc qu’il avait emprunté de l’argent à la Mafia, il dit que tu la ramène à ce sujet comme si tu faisais partis du milieu. »

Sa cible se leva pour fuir. Bane lui agrippa le poignet et le cassa, les os se brisèrent en esquilles qui percèrent la peau. Sa victime essaya de hurler et s’étrangla muet.

« Est-ce qu’un tribunal t’as assigné à comparaître contre Daggett ? »

Sa victime hocha la tête de façon frénétique.

« As-tu parlé à James Gordon ou à ses enquêteurs ? »

Il hocha la tête en signe de non. Bane lui brisa la nuque.

Le lendemain.

« Méfiez-vous, y’a un type qui est arrivé dans ce quartier et qui s’intéresse au corps que vous avez laissé hier. »

« Mais encore ? Pourquoi devrais-je craindre un flic ? »

« Je ne pense pas que ça en soit un. »

Bane rangea son portable et s’étira dans sa voiture. Il tourna la tête et observa la scène se déroulant à proximité. Des camionneurs s’engnôlaient en jouant aux cartes sur des tables improvisées. C’était un parc de stationnement qui leur était réservé, au sol gravillonné et bourré de camion. Ils avaient placé un barbecue à côté. Visez moi ce bœuf empalé en train de rôtir à chaque tour de broche. Bane guettait sa prochaine cible et alluma l’autoradio. Il tomba sur une émission évangéliste genre priez-pour-Jésus. Un camionneur monta dans une Ford et fit gicler le gravier comme s’il avait un rencart brûlant quelque part. Bane démarra et le suivit. Le clown à la radio faisait l’article pour recevoir des dons. Bane s’approcha du véhicule de sa cible et fonça dedans. Il défonça ses feux arrières d’un coup de bélier et l’envoya valser hors de la route. La voiture dérapa, sectionna un grillage et cala en plein milieu d’un terrain vague. Bane s’approcha et ses phares encadrèrent sa cible en train de s’échapper en courant de façon malhabile à travers le terrain envahie d’épaves de voitures. Bane sortit et se lança à sa poursuite. Sa cible trébucha et se releva en lui adressant 2 doigts en l’air. Style : je-sais-que-t’es-un-tueur-même-pas-peur. Bane arriva sur lui et l’empoigna par le cou.

« T’as parlé aux flics ? »

« C’est eux qui sont venus me parler ! Ils m’ont montré des photos de gangsters, des mecs que j’avais vus en compagnie de Daggett, ils voulaient savoir si… »

Bane le projeta au sol, se pencha sur lui et le cogna de gauche à droite, des deux mains. Il n’entendait plus le clown sur l’autoradio de sa voiture qui continuait à beugler son baratin. L’autoradio balança la chorale chrétienne de Crawdaddy en plein extase pendant que Bane essuyait le sang qu’il avait dans les yeux avant de se remettre à cogner.

Le lendemain

« Il y a ce même type qui s’intéresse au cadavre que vous avez laissé dans le terrain vague hier. »

« Encore ? Le même ? Un flic ? »

« Je ne pense pas que ce soit un flic, plutôt… vous voyez… comme le Batman. »

« Un justicier ? »

Bane s’esclaffa en raccrochant. Il ne manquait plus que sa dernière cible pour finir le boulot. Il tourna la tête vers le ciel nocturne et se mit à marcher en direction du chapelet de lumières du night-club. Il entra par la porte de derrière. Malgré quelques lumières éclairant la scène, le rade était plongé dans l’obscurité. Les gens étaient assis à des tables faisant face à la scène et à un groupe de musiciens éclairés en arrière-plan par d’autres lumières : des clignotants recouverts de cellophanes. Le bassiste, le trombone, le batteur et autres se déchainaient sur leurs instruments. Bane se déplaça discrètement en longeant un mur pendant que le public captivé ne remarquait même pas son arrivée. La musique prit fin et les lumières se rallumèrent. Le public se leva pour applaudir, Bane aperçut sa cible. Il s’enfonça aussitôt dans la foule. Plus grand et plus gros que tout le monde il se fraya un passage. Sa cible le vit et prit peur. Qui est ce fou avec un masque ? Il prit ses jambes à son coup et les autres personnes bousculés par Bane le regardèrent incrédules en se demandant si cet être curieux faisait partis du spectacle. Bane se mit à accélérer pour attraper sa cible avant qu’elle ne prenne la fuite. Il poussa en jouant du poing, des coudes, des bras, des genoux. Sa cible faisait de même en se prenant des coups de coudes. Une personne sursauta de peur en voyant le monstre masqué et renversa sa boisson sur lui, une jeune femme fit de même par accident en plein sur son visage. Bane sortit de la foule en essuyant l’alcool qui lui piquait les yeux et dégoulinait de partout sur son masque.

Il franchit la porte de service et attrapa le fuyard par le cou. C’était un couloir en lino nauséabond. Il s’arrêta soudain en observant droit devant lui ce qui venait de surgir dans le couloir.


Il laissa retomber sa victime au sol qui se mit à détaler sans demander son reste. Bane lança narquois au nouveau venus :

« Qu’est-ce que c’est que cet accoutrement ? Je crois que tu t’es trompé d’époque. Si je porte un masque c’est pas nécessité, par contre toi… laisse-moi deviner ? Tu veux finir le boulot que Batman et Harvey Dent n’ont pas su achever, c’est ça ? C’est toi qui rôde dans ce quartier et qui recherche les meurtriers à la nuit tombée, je ne me trompe pas ?»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
☇ à Gotham depuis le : 15/09/2012
☇ messages : 47
☇ réputation : 51
☇ pseudo : Azrael
☇ avatar : Simon Baker
☇ copyright : Cyrine
☇ photomathon :
☇ occupation : Professeur d'art martiaux - Justicier
☇ adresse : Gotham
☇ statut civil : Veuf

Voir le profil de l'utilisateur

MON FICHIER À LA GCPD.
☇ citation: When you lose someone you can't replace, could it be worse ?
☇ forces: Esprit d'analyse, arts martiaux, combinaison résistante, gants renforcés, épée légère voire double épée
☇ faiblesses: Instabilité mentale, souvenir de son fils


MessageSujet: Re: Anges et Démons [Michael W. Lane]   Dim 30 Sep - 20:44
Une soirée de plus à patrouiller pour tenter de préserver la sécurité de Gotham. Je dis bien tenter car plus le temps passe et plus je me dis que ma ville natale est frappée de maux. Pourtant je ne désespère pas. Voilà quelques mois que je lutte dans l'ombre. Seulement quelques mois que j'ai trouvé quelque chose qui me raccroche à la vie et me permette de continuer à lutter malgré tous les coups du destin qui se sont abattus sur mes épaules. A un moment, je me perds dans mes pensées. Elles dérivent et finissent par voguer jusqu'à ce que j'entrevois dans la pénombre un visage enfantin. Danny. Il est là, il se tient devant moi et me sourit. C'est comme s'il me donnait son approbation pour ce que je faisais. Comment sait-il que c'est moi derrière cette apparence alors que Azrael est né après sa mort ? Je ne le sais pas. Quant à lui, il sait c'est tout. Son visage se tourne et mon fils semble observer quelque chose un peu plus loin. Et là je me rends compte que je dérivais encore dans des pensées qui ne seraient jamais plus réelles, une fois de plus. J'avais relâché mon attention, il fallait que je reste concentré sinon autant rentrer chez moi immédiatement. Alors je repris ma surveillance.

Puis je le vis. Un homme légèrement plus grand que la normale et portant un masque. Tiens, son visage me disait quelque chose. Le contraire pourrait-il en être autrement ? Il disparaît derrière une porte. Voilà qui m'intrigue. Je reconnais l'enseigne au dessus du bâtiment. C'est un Night Club. Une intuition me guide, il faut que j'aille la vérifier. Alors je sors de l'obscurité avec laquelle je faisais corps jusque présent pour passer sous la lumière d'un réverbère. Je n'emprunte pas la même porte que lui, ça serait trop flagrant que je le suis. Alors je contourne le bâtiment, prenant soin de ne pas trop m'approcher de l'entrée. Il doit bien y avoir une autre porte quelque part. Au bout de quelques minutes, je finis par la trouver. Ma main tourne la poignée. Non verrouillée. Chance ou malchance en prévision, les prochaines minutes me le diront. Sans faire de bruit, je rentre, et je me retrouve dans un couloir. Un bruit attire mon attention. Je me tourne dans la direction d'où il provient et je le vois. Il tient un homme. Son regard se tourne dans ma direction. Peut être que nos prunelles se croisent. Je ne saurais dire à cause de cette pénombre car le couloir est faiblement éclairé.

Je ne sais pas ce qu'il lui prend mais il relâche sa victime. Puis, il se met à parler. Posant des questions et balançant quelques commentaires au passage. Cela amène un sourire sur mon visage, mais il ne peut pas le voir à cause de mon masque. Cet homme m'inspire de la désinvolture. Peut être qu'il devrait m'impressionner. Peut être que je risque de me prendre une raclée, voire même de perdre la vie et que je devrais détaler comme un lapin. Je ne bougeais pourtant pas. Je laissais passer quelques secondes de silence, et ce n'était même pas pour apprécier celui de cet endroit lugubre. C'est juste pour patienter. Et le faire s'impatienter. Puis je finis par bouger, avançant d'un pas, avant de finalement me décider à m'arrêter. « Ma tenue ne te plaît pas ? Les chevaliers étaient pourtant réputés au Moyen-Âge sur le vieux continent. A moins que tu te sois arrêté à la table ronde et à ses chevaliers ce qui, quelque part ne m'étonnerait pas. » Et voilà, c'était plus fort que moi. Je jouais direct la carte de la provocation, juste pour tâter le terrain. Voir comment il allait réagir et s'il allait foncer vers moi, tel un taureau attiré par la couleur rouge. « Peu importe qui je suis pas contre toi... Si tu veux un conseil, tu ne devrais pas dire que le masque est ton point faible. Ce n'est pas très subtil de ta part. » Et merci au passage pour l'indication. Il le porte par nécessité donc si je le lui enlève il meurt ? Probablement à moins que ça ne soit du bluff. Sauf que je ne crois pas que cet homme réfléchisse beaucoup avant de passer à l'action. Mon opinion n'est pas encore faite, il faut encore que je continue à tâter le terrain. « Tu te trompes, je passais dans le coin par hasard. J'ai vu une lumière, je suis entré. Je pensais que c'était la bonne adresse pour le bal costumé auquel je devais me rendre mais... Je pense m'être trompé en fait. Tu ne saurais pas où il se trouve ? Tu comptais peut être t'y rendre également. »

Hrp : Si tu pouvais éviter de faire agir mon perso à ma place stp. et aussi éviter de croire que ça fait 3 jours que je te suis alors que je n'ai encore rien décidé. merci ^^


Revenir en haut Aller en bas
 

Anges et Démons [Michael W. Lane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dan BROWN - Anges & démons
» Supernatural - Anges ou Démons ? - Dean/?? - PG 13
» Anges et Demons
» "Anges et démons"
» Film - Anges et Démons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☇ GOTHAM RISES. ::  :: ☇ le temps d'antan. :: ☇ anciens rps.-